Cahiers secrets de la Ve République : Tome 2, 1977-1986 by Michèle Cotta

By Michèle Cotta

Ce deuxième tome des Cahiers de Michèle Cotta est à l'évidence le plus captivant, le plus lourd de révélations. C'est l. a. période qui voit se consommer le divorce entre Giscard et Chirac, mais aussi se lézarder l'Union de los angeles gauche, et, au sein du playstation , s'opposer partisans et adversaires d'une candidature Rocard, avant que, par un de ces coups de maître dont il a le génie, François Mitterrand impose los angeles sienne et l'emporte. C'est aussi l'époque où le Parti communiste brille de ses derniers feux et voit s'embraser l. a. polémique autour du crossé de Georges Marchais au STO, et - il y a déjà un quart de siècle - l'intense débat sur l'opportunité de participer aux Jeux olympiques de Moscou, là où sont bafoués les droits de l'homme... C'est ensuite le récit pittoresque des premiers pas de l. a. gauche au pouvoir, ses ingénuités, ses novations, ses bêtises, et surtout ses difficultés à rompre le "cordon ombilical" avec los angeles télévision. Cette période s'achève par l. a. victoire de l. a. droite aux législatives de 1985 et l. a. première cohabitation avec Chirac à Matignon. Rarement un record politique air of secrecy autant mérité qu'on dise de lui qu'il se lit comme un roman.

Show description

Read or Download Cahiers secrets de la Ve République : Tome 2, 1977-1986 PDF

Similar history_2 books

Outline Of English History: First Period B.C. 55 To A.D. 1603

This scarce antiquarian e-book is incorporated in our targeted Legacy Reprint sequence. within the curiosity of constructing a extra broad number of infrequent ancient publication reprints, we've got selected to breed this name although it may have occasional imperfections similar to lacking and blurred pages, lacking textual content, terrible photos, markings, darkish backgrounds and different copy concerns past our keep an eye on.

Extra resources for Cahiers secrets de la Ve République : Tome 2, 1977-1986

Example text

Il ne m'en veut pas de cet échange un peu vif et poursuit, s'adressant cette fois à tous ceux qui sont dans le studio autour de nous, par une longue argumentation sur les nationalisations et la défense. Les nationalisations : François Mitterrand, selon lui, savait très bien de quoi il s'agissait lorsque les communistes parlaient de nationalisations. La preuve, c'est que Jacques Attali, son conseiller le plus proche, avait, il y a quelques mois, dans une préface au livre d'un socialiste (je ne sais pas lequel), reconnu que les nationalisations des grandes entreprises touchaient forcément leurs filiales !

Sur quoi peut-on gagner 8 millions ? demande Mitterrand. Daniel Benoist15 propose qu'on examine, subvention par subvention, où des économies peuvent être trouvées. S'ensuit un indescriptible brouhaha dans lequel je n'entends qu'une chose : c'est que Mitterrand trouve inutile la subvention à Jean Moulin (s'agit-il d'une école, d'un monument, d'un bâtiment ? je ne sais). En revanche, la maison de la culture aura bien son argent. Alors que je trouvais que cette séance durait trop longtemps à mon goût, un échange me ramène à la crise entre communistes et socialistes.

Tout cela révèle tout de même un véritable désarroi de ceux qui, dans son propre camp, ne savent pas « vendre » Chirac. L'analyse qu'ils font de Giscard, en revanche, ne change pas : il y a les hommes politiques qui bradent la France (suivez leur regard) et ceux qui ne la bradent pas, d'un côté les pétainistes, de l'autre les résistants. Air connu. Je doute que cela suffise à changer l'image de Jacques Chirac. 12 octobre dans la soirée Les anciens Premiers ministres de la Ve République, Debré, Couve, Messmer, Chirac, à l'exception de Chaban-Delmas, ont rencontré hier Raymond Barre.

Download PDF sample

Rated 4.33 of 5 – based on 11 votes